La Passe-miroir - Tome 1 : Les Fiancés de l'hiver


Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la citadelle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.

-----------------------------------------------------------------

Cela faisait quelques temps que l'on me conseillait ce livre mais c'est en voyant les sublimes fan-art de Miss Holly que je me suis finalement décidé à l'acheter. Et je ne le regrette pas du tout ! Ce livre est un petit bijoux et Christelle Dabos est le digne successeur de J.K Rowling. Comme quoi, nous aussi, en France, nous avons d'excellent et d'excellente romancier/ère ! 
Cocorico ! 

Les fiancés de l'hiver nous plonge dans un monde éclaté, où des pans de notre belle Terre flottent dans l'atmosphère. Chaque îles – plus ou moins grosses – est appelées « Arche » et chaque Arches est « dirigée » par un esprit de famille. Des familles sont issus de ces esprits, et chacun de ses membres possèdent un pouvoir. Cela vous semble peut être compliqué résumé ainsi, mais tout cela vous est présenté petit à petit, au cours du récit, de façon totalement naturel. On plonge dans cet univers étrange et riche, en total immersion. Christelle Dabos ne nous assomme pas d'explications, préférant nous décrire quelques décors, ici et là, et nous dévoiler ce monde en morceaux à travers les yeux de son héroïne. 
Nous suivons donc Ophélie, issus de l'arche Anima, où les habitants possèdent tous un pouvoir sur les objets. Notre petite héroïne, elle, à la capacité de « lire » les objets, de remonter leur histoire ainsi que les émotions de ses différents propriétaires. De plus, elle a la rare capacité de traverser les miroirs comme de simple portes. Elle mène une vie simple, s'occupant de son petit musée, jusqu'au jour où sa famille décide de la fiancé à un inconnu de l'Arche du Pôle. 
Mais qui est-il ? Pourquoi elle ? Que cache cette union entre deux Arches ? Tout cela, nous le découvrons au fil du roman. Sous le regard d'Ophélie, nous voyageons entre Anima et le Pôle, nous en apprenons plus sur ce monde, sur sa politique, sa hiérarchie. Les deux arches sont très différentes et on se surprend à se sentir comme à la maison sur Anima mais totalement dépaysé au Pôle. 
Christelle Dabos a sut inventer un univers totalement plausible et réaliste, tout en étant fascinants et fantastique. Cela faisait bien longtemps qu'un roman ne m'avait pas happé ainsi. Le retour à la réalité fut très dur. 
Non ! Je ne veux pas partir ! 

Ce que j'ai adoré – en plus du reste – dans ce livre, ce sont les personnages atypiques que l'on rencontre. Finit les beau mâles parfaitement sculptés ou les jeunes femmes aux courbes toute féminine. Ici, on croise la route d'Ophélie, introvertie et au physique des plus négligé. J'ai aimé la voir évoluer au sein de ce qui deviendra sa nouvelle Arche. Sous ses allures flegmatiques, Ophélie est forte et courageuse mais également rusée et intelligente. Sa maladresse ne la rend que plus attachante et les erreurs qu'elle commets, plus humaines. On se sent proche d'elle car c'est une personnes que l'on pourrait très bien croiser au détour d'une ruelle – ou plutôt d'une bibliothèque ou d'un musée. 
Thorn est également loin du stéréotype du héros mâle Alpha. Il est maigre, effilé comme la lame d'une couteau et couvert de cicatrice. Il n'est pas aimable non plus, ne parlant que lorsque cela est nécessaire et faisant à sa guise sans penser aux autres. C'est certainement le personnage avec le moins de dialogue et pourtant, il n'en est que plus intéressant ! Que ce cache-t-il sous ces yeux de glace ? Je veux savoir ! J'ai tendance à adorer les chieurs, les inaccessibles, les associables... et Thorn est un mélange parfait des trois... je l'adore ! 
Les personnages secondaires ne sont pas en reste. Le plus simple des valets peut devenir très attachants, comme Renard ou bien Gaëlle, alors que d'autres fluctuent entre le passablement aimable, le détestable et... le « mouais... je peux lui pardonner ça... peut être... ». On ne sait pas sur quel pieds danser, on se méfie de tout le monde et, si jamais on relâche la pression, gare aux retournement de situation ! 
Tous les personnages ont leur importance, même ceux qui n'apparaissent que deux ou trois fois dans le roman. C'est assez rare de voir cela, surtout dans une œuvre récente, alors autant le souligner. Et, en plus des personnages de chair et d'os, n'oublions pas les objets ! Car, oui, dans ce roman, certains objets deviennent des personnages à part entière, du simple bouton de porte à l'adorable écharpe d'Ophélie que j'espère voir bien plus souvent dans le prochain tome ! 
On a toujours besoin d'une bonne écharpe. 

Ce premier tome est une réelle réussite ! Christelle Dabos manie les mots comme un peintre manierai un pinceau. C'est beau, à la limite de la poésie et pourtant tout à fait compréhensible. Je vous conseille vivement ce livre et je ne vais pas attendre plus longtemps pour lire la suite ! 
Je ne suis plus là ! Oubliez-moi ! 

Gifs = Vaïana ; Lilo et Stitch ; Shingeki no kyojin ; Matilda 
#Ophélie #Thorn #Ophéthorn #Passemiroir #ChristelleDabos

Commentaires